Dossier Europe

 

La construction de l’Europe est née par la volonté de créer un espace de paix et de stabilité. Aujourd’hui, parler d’Europe, c’est essayer de comprendre ce système complexe où la technocratie l’emporte sur les objectifs initiaux. Tout n’est que question d’intérêts économiques, de budgets à respecter, de normes rigoureuses qui nous enferment dans des règles établies sous peine de tomber sous le coup d’une sanction. Dans son contexte mondial, l’Europe veut augmenter sa croissance, produire plus et gagner plus, mais à quel prix ?

Ne peut-on pas rêver d’une Europe pacifique avec ce mélange des savoirs et des cultures ? Une Europe qui serait soucieuse de la dignité des personnes en faisant respecter les droits fondamentaux. Une Europe qui placerait comme prioritaire la solidarité et la lutte contre la pauvreté, qui apporterait une réponse globale et commune pour la transition écologique et sociale. Une Europe accueillante qui ne se servirait pas de la Méditerranée comme un cimetière à ciel ouvert ou qui ne condamnerait pas les hommes qui tendent la main aux migrants. Une Europe qui donne espoir aux jeunes afin qu’ils puissent profiter des programmes Erasmus, des voyages et des rencontres.

Cette Europe c’est à nous de la construire, dialoguons et votons. Ce dossier nous y aidera. (abonnement requis)

Sylvie Mérigard

 

2019 03 21 172432

 

 Pour l’équipe de rédaction, ce 50ème CTCinfo devait prendre davantage d’envergure. Malgré nos envies, il reste modeste, nous entraînant surtout dans une réflexion pour qu’il continue à remplir sa mission, celle que nous lui confions dans notre charte:

- être attentif aux situations vécues, - donner la parole à ceux qui veulent témoigner de leur lutte et de leur foi, - développer une spiritualité réaliste autour du voir juger agir, - être en lien avec les mouvements d’apostolat des laïcs, - suivre ce que disent les Eglises à propos des questions sociales, - donner des informations qui proviennent des mouvements de travailleurs chrétiens du monde. Modestement, l’équipe de rédaction souhaite que ses lecteurs relisent leur engagement dans une vision d’espérance et qu’ils se confortent aux valeurs de la solidarité, dans le pays même comme dans le monde entier. Le présent numéro est pressé de paraître à cause d’événements proches : Le 9ème Forum oecuménique Monde du Travail, le 50ème anniversaire de la CRAL Ce qui manque à cette publication se retrouvera dans la prochaine, en vous indiquant aussi plus rigoureusement comment nous poursuivrons notre route. Pour les membres de l’équipe de rédaction, c’est l’occasion d’exprimer, dans ce numéro, le sens qu’ils donnent à leur engament pour créer un réseau fraternel.

 

 

Heureux sommes-nous des liens que nous tissons et qui animent notre Espérance. Ce numéro de CTCinfo en témoigne. Nous avons participé à la Rencontre Nationale de l’ACO française. « Les Actes d’apôtres » que ses membres ont écrits durant les quatre dernières années apportent la Parole d’une Eglise populaire qui nous interpelle.

La CRAL (communauté romande de l’apostolat des laïcs) a tenu son assemblée annuelle. Elle a pris un tournant d’accueil en recevant de nouveaux mouvements qui l’enrichissent de leurs charismes. L’abbé Christophe Godel qui l’accompagne comme délégué de la COR1 ne cesse d’interpeller pour que chaque mouvement enrichisse l’Eglise, la paroisse, le monde de son expérience.

Les premières plateformes instaurées par la CRAL et qui se dessinent ne sont pas un rouage de plus pour fonctionner, mais deviennent des lieux de ressourcement ouverts et réels pour ceux qui veulent s’arrêter un instant dans un environnement fraternel. Nos liens s’étendent au Forum européen des laïcs FEL qui se soucie du respect de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Nous annonçons déjà le prochain Forum oecuménique Monde du Travail. L’équipe qui l’anime s’active intensément. Signes des temps, nous vous parlons de deux initiatives populaires concernant l’agriculture et l’alimentation que nous voterons le 23 septembre prochain qui, en la matière, prônent un développement de proximité et une économie équitable. Nous avons la joie de vous partager le courrier que nous adresse Mgr Rouet qui a, par sa vision prophétique, propulsé la CRAL sur ces mêmes chemins. Ses deux passages à Saint-­‐ Maurice nous ont liés d’amitié. Pensez à nous, amis lecteurs. Notre message se veut un lieu de confiance, d’encouragement pour donner sens à la vie quotidienne et pour se nourrir à des sources vives.

Bonne lecture !
Roland Miserez

 

 

« Les personnes, les travailleurs* en situations de précarité, de fragilité, sont au coeur du projet missionnaire de l'ACO. » Votée lors de la rencontre nationale d'Angers en 2014, dans la fidélité au projet de l'ACO, cette orientation est respectueuse de l'intuition du mouvement, elle s'ancre dans une double fidélité au Christ et à la classe ouvrière. Elle est, à la fois, souffle de vie militante, stimulation évangélique et missionnaire.

Les évènements sociaux et sociétaux ont également interrogé l’ACO sur : « Comment bien vivre ensemble en société ? ». Cela place les membres de l’ACO au coeur même de la vie du monde. Monde fragilisé par des violences extrêmes, de multiples meurtrissures, des droits bafoués, la montée d’idées xénophobes. Mais tout autant, un monde en pleine mutation, où se vivent la solidarité, l’entraide, la lutte collective pour vivre et travailler dignement. Les travaux des différentes instances ont confirmé la pertinence de l’ACO tout en soulignant l’importance de s’adresser au monde du travail dans son ensemble, des privés d’emplois aux retraités. La précarité, la fragilité touchent, en effet, le monde ouvrier, le monde populaire dans leur diversité. La société s’"ubérise", le contrat à durée déterminée devient la référence. Comment envisager le lendemain quand le revenu pour vivre est en diminution ? Comment envisager l’avenir quand la dignité humaine est attaquée ?

« Avec l’argent que j’avais, j’espérais pouvoir louer quelque chose, mais j’ai vite compris que je n’en avais pas le droit. Nous n’avions pas le droit non plus de rester chez ma sœur, qui vivait dans un hébergement pour demandeurs d’asile… Notre fils était encore très marqué par les violences dont j’avais été victime avant notre départ et dont il avait été témoin… En Géorgie, nous vivions confortablement au centre-ville dans un appartement de 100 m2, dont nous étions propriétaires.… En France, nous n’avions plus rien, même pas les valises que nous avions emportées.

Nous sommes restés quatre mois dans la voiture : de septembre à début décembre. Notre fils a été hospitalisé une semaine pour pneumonie. Je continuais à demander un hébergement. » Extraits du témoignage de R. recueilli par l’ACO ; « Des vies sur un fil » (Editions de l’Atelier)

A l’occasion des manifestations de la fonction publique, suite à celles des travailleurs en EHPAD, des retraités, des demandeurs d’emploi et de nombreuses actions locales, l’Action catholique ouvrière exprime son soutien à tous ceux qui se mobilisent pour plus de justice et de dignité au travail.

Comme le reste de la société, la fonction publique est elle aussi touchée par la précarisation et par la détérioration des conditions de travail. Les contrats à durée déterminée se multiplient, se généralisent. Faute de moyens financiers et humains, les missions du service public sont mises à mal.

(Photo: Jean-Claude Gadmer)

Ce numéro de CTCinfo relate deux événements importants vécus en Suisse romande auxquels nous participons régulièrement : Le Forum oecuménique Monde du Travail et les Journées Thématiques de la CRAL (communauté romande de l’apostolat des laïcs).

Avec l’équipe de préparation du Forum oecuménique, nous sommes acteurs et observateurs du monde dans lequel nous vivons. A chaque fois, nous mettons le doigt sur un de ces points noirs qui entache la dignité humaine dans le monde du travail. Nous réunissons des personnes touchées, également ceux qui les accompagnent et les épaulent dans leur parcours de vie et nous faisons appel à des personnes compétentes en relation avec le thème proposé. C’est ainsi qu’a lieu véritablement le forum : se parler, s’enrichir, dans le but de se mettre ensemble et de devenir porteurs d’Espérance.

Les Journées Thématiques de la CRAL, ce deuxième événement, réunit des personnes et mouvements qui vivent l’Eglise en laïcs engagés, partageant très fort cette parole évangélique : « vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde ». Nous vous présentons le lancement des plateformes envisagées par la CRAL

Vous découvrirez également deux sujets d’actualité : La Campagne oecuménique d’Action de Carême et Pain pour le Prochain et la prise de position de la Commission Justice et Paix concernant la votation populaire « No Billag ».

Roland Miserez

La Mission ouvrière publie son message de Noël, un support précieux pour les célébrations en Mission ouvrière, en ACO mais aussi en communauté paroissiales... Nous le partageons avec vous en format PDF.

 

 

Téléchargez le message

ACO France: Journée Mondiale pour le travail décentPour le 7 octobre, journée mondiale pour un travail décent l’Action Catholique Ouvrière (ACO), la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) et la Mission de la Mer (AOS France) font une proposition commune pour dialoguer, s’engager.

En cette journée mondiale pour le travail décent, l’Action Catholique Ouvrière (ACO), la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) et la Mission de la Mer (AOS France) ont souhaité s’unir pour revendiquer un travail décent pour toutes et tous.

Avec nos mouvements internationaux, Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens, Coordination Internationale des JOC et Apostleship Of Sea, nous nous joignons aux personnes privées d’emploi et privées de dignité au travail. Parce que la dignité n’a pas de prix, nous souhaitons appeler chacune et chacun à agir et appelons les pouvoirs publics à remettre l’Homme au centre de toute décision politique. Le travail est au cœur de la réalité humaine. Il est donc au cœur de notre foi chrétienne. C’est pourquoi, en tant que mouvements chrétiens, nous nous engageons pour le travail décent.

« Quand une entreprise crée scientifiquement un système de primes individuelles qui mettent les travailleurs en compétition entre eux, elle peut sans doute à court terme obtenir certains avantages, mais cela finit vite par miner le tissu de confiance qui est l’âme de toute organisation. […] Il faut dire avec force que cette culture compétitive entre les travailleurs au sein de l’entreprise est une erreur, et donc une vision qui doit être changée si nous voulons le bien de l’entreprise, des travailleurs et de l’économie. » Comme le relève le Pape François, l’union des travailleurs est bien plus bénéfique que la compétition, qui vante faussement les bienfaits de la « méritocratie » en donnant une apparence morale aux inégalités.

En Suisse où l’espérance de vie est l’une des plus longue du monde, il est clair que la population vieillissante est en constante augmentation. CTCinfo vous invite donc à vous arrêter sur le temps de vieillesse. Quand on est en forme, on entre en vieillesse activement, de façon sereine avec la possibilité de tenir sa place dans la société. Mais tôt ou tard interviennent une phase de déclin, la maladie et les interrogations quant à notre fin. Les homes pour personnes âgées sont une préoccupation majeure de nos communes et de nos cantons. Y bien vivre et dignement est important.

Nous parlons aussi des directives anticipées qui deviennent même pratique courante quand on a recours aux services de santé et d’aide à domicile. La vieillesse sera aussi à l’ordre du jour des prochaines votations fédérales. Du bulletin que nous glisserons dans les urnes en votations populaires dépendra l’avenir financier de nos retraites AVS et deuxième pilier.

CTCinfo sera aussi de la partie pour le prochain Forum oecuménique romand. Il vous donne des nouvelles des rencontres des mouvements des travailleurs chrétiens à Avila et s’intéresse au projet de la CRAL qui propose une plateforme « Engagement et société ». Vous terminerez votre lecture par la découverte d’un mouvement qui se nomme « Révision de Vie ».

Alors maintenant, bonne lecture !

logo de l'ACO FranceAu lendemain du 1er tour de l’élection présidentielle, l’Action Catholique Ouvrière tient à exprimer sa profonde indignation ! La candidate de l’extrême droite utilise la misère des travailleurs qui vivent avec la peur de perdre leur emploi ou qui en sont privés, de ceux qui subissent la précarité. Elle oppose les hommes et femmes de notre pays. Elle cherche à récupérer leur colère, leurs mécontentements, leurs peurs.

Ancrée dans la vie des travailleurs, l’ACO rappelle l’engagement constant du mouvement ouvrier dans la lutte contre l’extrême droite et la xénophobie.

Fidèles à ceux avec qui nous vivons, travaillons, luttons, nous dénonçons l’imposture sociale que représentent le programme et l’action du Front National.

Ce parti cherche à se faire passer comme un rempart face aux dangers de la mondialisation. Pourtant ses élus au parlement européen refusent systématiquement de voter des lois en faveur des salariés (renforcement des droits des salariés, égalité homme/femme, santé au travail…). Ils s’opposent à tout texte luttant contre l’évasion fiscale et les délocalisations mais votent pour le secret des affaires. Leurs sénateurs quant à eux, lorsqu’ils ne sont pas absents, déposent des amendements visant à libéraliser davantage le marché du travail et à contourner l’action des syndicats.

Article Aco France

A la veille du premier tour, organisations et mouvements d’Église appellent à un sursaut citoyen

À la veille du grand rendez-vous démocratique qu’est l’élection présidentielle, dans un contexte de discrédit grandissant de la parole publique et de sentiment d’impuissance face à l’état du monde, nos organisations et mouvements d’Église appellent à un sursaut citoyen.

Cet appel fait écho à celui lancé par le pape François aux jeunes lors des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en juillet 2016 : « Voulez-vous changer le monde ? ».

Cette interpellation nous est aujourd’hui adressée, à chacun et chacune, en ce temps électoral. Voulons-nous changer le monde et redonner sens à la citoyenneté, en ayant conscience d’habiter une même terre, en étant engagés vers un même avenir, en nous impliquant dans la gestion de la chose publique et en agissant pour l’intérêt général ?

En tant qu’acteurs de la société civile, notre rôle d’organisations et mouvements catholiques n’est pas de prendre parti mais bien de prendre part à la vie démocratique et d’inciter les citoyens à discerner les possibles et les souhaitables, à exercer leurs droits et leurs devoirs et à mettre en cohérence leur vote avec leurs convictions, leurs valeurs morales et leur foi.

Une inquiétude se développe chez celles et ceux qui habitent notre pays quant à l’avenir de leurs enfants et à la précarisation du travail et des liens sociaux. La stigmatisation de celui qui est différent, la volonté de construire des murs, la surenchère de propositions sécuritaires et identitaires : ces idées sont dangereuses pour une société qui aspire au vivre ensemble dans la paix et le respect de la dignité de chacun. On ne construit pas un projet de solidarité contre certains groupes et contre des personnes. On ne construit le lien social qu’avec celles et ceux qui vivent ensemble et participent au devenir de la communauté.

Notre foi et nos valeurs nous appellent à ne pas céder devant la colère, la peur et le rejet de l’autre, mais à plaider la cause des plus pauvres et à promouvoir le respect de la personne humaine et de l’environnement. Nous pensons que les solutions aux problèmes auxquels notre société est confrontée se trouvent dans l’ouverture, le dialogue et l’échange pour construire ensemble une France et une Europe plus justes dans un monde de droit et de dignité.

 

Le numéro de Témoignage que vous tenez entre les mains est le premier de l’année. Nous venons de laisser derrière nous Noël et sa symbolique de lumière nouvelle pour entamer les premiers pas d’une année qui, sur bien des aspects, apparaît décisive et charnière.

En effet, des échéances électorales vont rapidement se présenter chez nous. Les débats qui marquent la campagne sont là pour nous rappeler que nous sommes au cœur de choix de société fondamentaux, qui touchent au devenir de notre vivre ensemble, à la possibilité pour chacune et chacun de contribuer au bien commun et de bénéficier d’une protection sociale digne de ce nom.

Des choix politiques éclairés

Que des millions de personnes, par leur engagement et/ou par leur vote aux primaires de la droite et de la gauche, s’investissent dans cette campagne pour affirmer de quel côté penche leur vision de la société de demain, est évidemment plutôt encourageant. Mais, comme chrétien, je ne peux m’empêcher de voir aussi que les catégories populaires, les personnes qui souffrent le plus des crises (économique, environnementale et poli¬tique), sont aujourd’hui les plus éloignées de ces choix politiques ; quand elles ne tombent pas sous l’emprise d’idées visant le repli sur soi, le rejet de l’étranger et l’intolérance. Sans doute faut-il entendre ce ’cri’ de toute une population oubliée et sacrifiée, qui ne parvient plus, ou alors difficilement, à vivre de son travail.

Une utopie combative

Sans doute y a-t-il aussi à interroger nos modes de production et de consommation, pour faire en sorte qu’ils répondent aux besoins de tous. N’y a-t-il pas également à redonner aux travailleurs un certain pouvoir sur ce qui est produit ? Je me retrouve pleinement dans l’interpellation qu’a lancée le pape François, en novembre dernier à Rome, lors de la rencontre des mouvements populaires (où l’ACO était représentée par Xavier Pottiez) : « Qu’arrive-t-il au monde d’aujourd’hui où, quand une banque fait faillite, des sommes scandaleuses apparaissent immédiatement pour la sauver alors que quand c’est l’humanité qui fait faillite, il n’y a pas une once de ces sommes pour sauver les frères qui souffrent tant ? » Cette interpellation nous invite, au fond, non seulement à nous laisser bousculer par le sentiment d’injustice mais surtout à ne pas nous y résigner. Cela suppose d’avoir les yeux ouverts sur toutes ces luttes, toutes ces expériences nouvelles qui cherchent depuis plusieurs années à redonner du sens à la démocratie (à l’image de Nuit Debout, l’an dernier, par exemple), et à rendre ce monde plus humain, plus solidaire. Ces signes d’une « utopie déjà là » travaillent en profondeur notre humanité et se manifestent avec une intensité variable selon les circonstances. « Utopie déjà là » que les défaites d’hier ne sont pas parvenues à éteindre et qui continue de chercher à advenir, malgré tout.
En regardant ces signes, en nous engageant auprès de nos frères et sœurs pour manifester cette utopie d’un monde de justice et de paix, peut-être pouvons-nous continuer d’entendre Jésus nous encourager : « Heureux les assoiffés et affamés de justice, ils seront rassasiés » (Mt 5,6).

Bruno Cadez, le 16 décembre 2016

Source: http://acofrance.fr/-359