8mars2020

La violence faite aux femmes et aux filles est présente partout sur la planète. Tandis que plusieurs pays condamnent fortement ce phénomène, une grande portion de la population mondiale considère encore ces violences comme étant « normales ». Pourtant, en plus de porter atteinte à l’intégrité des femmes ; les violences à leur égard réduisent leurs accès aux services et aux ressources essentielles.

Nous sommes reconnaissants aux nombreuses personnes courageuses, hommes et femmes, qui continuent à prôner l’élimination de la violence faite aux femmes et aux enfants. Toute initiative tendant à apporter un soutien aux femmes, et dont les effets se feront sentir, à travers le Christ, dans tous les domaines de la vie de l’Église, est digne de louange.

Le MMTC à l’occasion de la journée du 08 mars (Journée Internationale de la femme) déclare à travers tous ses membres que nous sommes prêts à confronter toute velléité d’excuser, de couvrir ou de justifier la violence. Nous déclarons que cette violence dans le monde est une offense contre Dieu, l’humanité et la terre.

Au XXIème siècle, dans une monde pluraliste, les diverses sociétés de la planète terre mettent ensemble ce qui est traditionnel et non traditionnel. Le capitalisme considère la société comme un même ensemble. Avec tout cela, le mal du siècle, c’est la solitude, l’individualisme. Les nouvelles technologies ne prennent pas en compte la vie quotidienne des êtres humains. Si la femme continue d’être encore traité comme un objet, qu’est-ce que la civilisation ?

La femme dans nos différentes sociétés a une place originale et elle ne doit pas être considérée comme un homme. Elle doit être respectée dans sa différence politique, sociale, économique. A travers l’histoire du monde, des femmes de tout âge ont pris leur place et aujourd’hui, nous oublions les progrès accomplis, le machisme restant élevé. Pourtant des prises de conscience ont eu lieu et les femmes ont fait leur preuve dans des engagements politiques malgré beaucoup de difficultés. Le respect des droits de chacun, chacune ne devrait-il pas être naturel et possible pour chaque être humain !

Le fait d’être des êtres humains à part entière ne devrait-il pas permettre d’avoir les mêmes droits ?
« Travailleurs du monde, unissez-vous » a déclaré Karl Marx conscient que les femmes et les enfants étaient déjà dans l’histoire des travailleurs, l’agriculture, les travaux ménagers etc. contribuant aussi à la vie des familles et à la vie économique de leurs sociétés. Alors pourquoi l’inégalité des salaires et bien d’autres choses encore ? Pourquoi une telle insistance sur la soumission des femmes à un travail semblable à celui des hommes sans un même salaire ? Tous les êtres humains sont des travailleurs quel que soit leur travail manuel ou intellectuel.

 

Le Conseil International du Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens (MMTC) et le groupe de coordination du MTCE (Mouvement des Travailleurs Chrétiens d’Europe) se réunissent a Avila avant l’Assemblée Générale qui aura lieu en Espagne au mois de juillet prochain.

Ces organes de représentation et de direction du MMTC et du MTCE se réunissent du 29 janvier au 2 février (MMTC) et du 2 au 5 février (MTCE) à l’Université de la Mystique d’Avila avec un double objectif: la préparation de la prochaine Assemblée Générale et la convocation au Séminaire International : « la construction d’une société solidaire, la dignité humaine et le droit au travail ».

La première partie du programme de travail du Conseil du MMTC, sera un échange sur les tâches et les activités exécutées durant l’année 2016 : l'évaluation des séminaires de l’Amérique centrale, de l’ Asie, de l'Afrique de l'Est et de l’Europe; les divers instruments qui articulent la politique de communication du MMTC; la campagne des "0,5 centimes"; la Journée Mondiale pour le Travail Décent du 7 octobre; la participation à la Rencontre Mondiale de Mouvements Populaires avec le Pape et les décisions qui y ont été prises; ainsi que la finalisation des préparatifs de la prochaine Assemblée Générale du 18 au 21 juillet 2017.


TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DANS LE MONDE

Je veux chanter ma joie
A l’aube de ce jour qui voit la libération de mes amis
Je veux célébrer leur victoire à l’aube de ce jour nouveau
Lutter n’a pas été en vain ...

(Du recueil de chansons chrétiennes du Brésil)
 

 

Aujourd’hui nous vivons dans un monde divisé

Des haines généralisées divisent les pays, les continents, les classes sociales, le syndicalisme, la politique et provoquent la criminalisation des mouvements sociaux. Ces situations conduisent à la révolte et au désespoir. Les travailleurs subissent, sans beaucoup réagir, la perte de leurs droits fondamentaux : le salaire, la santé, l’éducation, la terre, le logement et le travail. Voilà ce qu’a constaté le pape François dans les deux rencontres avec les dirigeants des mouvements populaires, y compris le MMTC- Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens, tenues au Vatican et plus tard en Bolivie, quand il a visité les pays d’Amérique du Sud.