RERUM NOVARUM (15 mai 1891) et la naissance de la Doctrine Sociale Catholique

Le 15 mai 1891, le pape Léon XIII a publié l'encyclique RERUM NOVARUM. C'est la naissance de la Doctrine Social Catholique. En tant qu'Église, c'était la volonté de regarder vers un nouvel avenir dans lequel de forts changements économiques, sociaux, politiques, spirituels et culturels étaient annoncés. En cette année jubilaire de 2021, nous jetons un regard sur 130 ans d'histoire.

La publication de l'encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII est considérée comme la naissance de la Doctrine Social Catholique. Mais comme il est habituel avec les naissances, il a eu une longue "gestation".

Le 19e siècle est riche en bouleversements : jusqu'alors, la majorité de la population vivait de l'agriculture et, dans une moindre mesure, du commerce. L'invention de la machine a conduit non seulement à la séparation du travail et du capital, mais aussi à la concentration des travailleurs. Cela a entraîné un grand bouleversement économique, suivi d'un bouleversement social.

 

Voilà plus d’un an que notre planète fait face à une crise sanitaire et sociale qui nous impacte tous. Toutefois tous les milieux sociaux n’en subissent pas les conséquences de la même manière.

Les classes populaires, les ouvriers, les employés sont les plus exposés aux risques de contamination. Le taux de mortalité de ces catégories sociales y est ainsi bien plus élevé que dans les milieux les plus aisés.

Les classes populaires sont les plus touchées

Les conditions de travail sont devenues de plus en plus difficiles, les mesures de prévention nécessaires ont conduit à une augmentation conséquente de la charge de travail pour certains salariés qui ne peuvent effectuer leurs taches à distance. Pour d’autres, le télétravail a été une mesure subie pouvant conduire à de fortes pressions, de l’isolement et une exploitation renforcée.

 

La démocratie se nourrit d’expériences positives et de participation

Racines

L’idée des Dimanches sans travail tire son origine dans le judaisme et consitue ainsi, avec ses 2500 ans d’histoire, la plus ancienne législation sociale de l´Humanité. Dans l’Ancien Testament l'ultime de la création n'est pas la création de l'homme, mais le repos de Dieu, le septième jour (Gn 2,1-3). L'achèvement du travail réside dans le repos. Ce droit au repos doit être garanti pour tous - pour les femmes, les hommes, les serviteurs, les esclaves et les étrangers, ainsi que pour les animaux et enfin, la nature. (Dtn 5,14)

En Europe, les dimanches fériés et libres du travail comptent parmi les plus anciens biens culturels et doivent donc être préservés comme faisant partie de notre patrimoine culturel. Il est légitime de les revendiquer. Ils peuvent servir de sécurité et de protection pour les personnes et la nature contre leur exploitation. Dans la vie professionnelle actuelle, le dimanche férié peut être considéré comme le lien entre le temps que l’on consacre à l'extérieur et notre vie privée. Dans la conception judéo-chrétienne de l'être humain, chaque personne est plus que ce qu'elle accomplit au travail. Prendre régulièrement du temps libre, dans le sens d'une "bonne vie pour tous" permet et renforce la conscience d'une dignité humaine sans limites. Le sabbat ou le dimanche offrent un cadre pour cela.

 

La réunion du groupe de coordination du MTCE a eu lieu ce 13 février 2021. Les circonstances de la pandémie de Covid-19 ont obligé le groupe à se réunir par voie télématique, un nouveau défi qui l'amène à travailler et à planifier l'avenir du mouvement européen d'une manière différente. Ont participé à cette réunion, la présidente, Olinda M., (Portugal), l'aumônier Josep J. (Espagne), le trésorier Armin H. (Suisse), le coordinateur Toni M. (Espagne) ainsi que les représentants des mouvements d'Espagne (HOAC et ACO), d'Italie, de France, d'Allemagne, de Suisse (KAB et CTC), d'Autriche et d'Angleterre, et les représentants du mouvement mondial du MMTC : Fátima C. (Portugal) coprésidente, Mariléa D. (Brésil) Secrétaire général, Bernard R. (France) Aumônier et Philippe Ch. (France) Trésorier.

Les points habituels de l'ordre du jour ont été discutés, ainsi que la préparation de diverses modifications des statuts à discuter lors de l'Assemblée générale prévue pour septembre 2021, qui se tiendra, si possible en présentiel à Lisbonne, soit en ligne.

 

Prière pour notre monde en souffrance

Seigneur,

nous venons devant vous en ces temps sombres et difficiles.

Nous venons vous expliquer la douleur et la mort

que provoquent cette pandémie qui décime nos peuples.

Nous faisons nôtres les paroles du psalmiste :

" Je dis au Seigneur : « Mon refuge, mon rempart,

mon Dieu dont je suis sûr ! »

C’est lui qui te sauve… de la peste maléfique…

Tu trouves sous son aile un refuge… Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit…

ni la peste qui rôde dans le noir,

ni le fléau qui frappe à midi" (Ps 91, 2-6).

 

Seigneur,

en vous nous avons confiance en ces instants

où tant de nos frères et sœurs,

si faibles, vivent dans leur chair

la douleur de la Passion et de la Mort de Jésus-Christ, votre Fils.

 

 

 

« Réconfortez, réconfortez mon peuple » (Es 40,1) C'est par ces paroles d'espoir et de confiance du prophète Isaïe que nous commençons ce message de Noël adressé à tous les membres des mouvements composant le MTCE, en ces temps difficiles pour notre monde et pour l'Europe. La pandémie COVID-19 a fait payer un lourd tribut à nombre de nos concitoyens, tant sur le plan sanitaire qu'économique, et a été encore plus durement ressentie par ceux qui souffrent des pires conditions de vie. En outre, de nombreux citoyens européens sont morts dans nos pays à la suite de cette pandémie.

« Parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle d’hôtes » (Lc 2, 7). Bon nombre des situations précaires dont souffrent de nombreux citoyens européens ont été vécues par Jésus, le Fils de Dieu, à sa naissance. Une situation de pauvreté vécue à notre époque par de nombreuses personnes : travailleurs licenciés, emplois détruits, malades, séquelles psychologiques, décès, et autres conséquences qui nous détériorent tout aussi bien comme individus qu’en tant que société.

« Allons donc jusqu’à Bethléem et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître » (Lc 2, 15). Les conditions de santé et de travail que connaît notre société nous appellent à nous approcher de la crèche de Bethléem et à y contempler Jésus qui est né au milieu de notre monde blessé par la précarité et la douleur. C'est pourquoi nous répétons l'action des bergers lorsque nous nous approchons de ceux qui souffrent le plus de cette pandémie. Que la solidarité, l'amour fraternel et le don de notre temps marquent notre visite à la pauvre et humble crèche qu'est notre monde aujourd'hui.

 

Le 16 octobre 2020, le MTCE a tenu son assemblée générale annuelle. Cette fois, elle a été organisée par voie télématique en raison de la pandémie de COVID-19. Des représentants de 11 mouvements de 9 pays européens y ont participé. Trois représentants du MMTC (Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens) ont également participé

L'élection du nouveau président a été un moment fort. Olinda Marques, membre du mouvement LOC-MTC au Portugal, a été élue à l'unanimité pour remplacer Petr Koutný du mouvement KAP en République tchèque, qui avait été président pendant deux ans.

En outre, les activités menées par le MTCE et ses mouvements membres depuis la dernière Assemblée générale, tenue à Ostende, en Belgique, en octobre 2019, ont fait l'objet d'un rapport.

Avec la satisfaction d'avoir pu tenir cette réunion fraternelle, bien qu'à travers des écrans, nous nous sommes mis en place pour la prochaine assemblée, prévue pour septembre 2021 à Lisbonne.

 
 
 


Requiem pour une Europe qui doit mourir, ode à une Europe espérée


1. En ces jours de Covid-19, nous voyons comment la société et les classes populaires et ouvrières s'organisent en réseaux de solidarité et de soutien mutuel. Nous assistons à une renaissance de l’action communautaire et de l'attention portée aux personnes les plus vulnérables. Nous voyons comment le dur travail de la communauté des soins de santé est reconnu chaque jour, la centralité des travailleurs domestiques et des travailleurs qui s'occupent des malades et des personnes dépendantes, l'héroïsme de tant de saints du quotidiens, comme le pape François aime les appeler, malgré toutes les difficultés et malgré le fait que nous avons toujours été inoculés par le virus de l'individualisme, et plus encore par ce capitalisme prédateur et fratricide qui nous a amenés au bord du précipice.

2. Par conséquent, si ce tissu humain se reconstruit à partir du petit, avec beaucoup de gouttes d'amour, d'humilité et de générosité, nous aspirons à voir ces dynamiques dans les instances qui nous gouvernent et aussi dans les entreprises où nous travaillons. Ainsi, il est douloureux de voir comment, en Europe et dans les institutions communautaires, les gouvernements des États membres reproduisent des dynamiques pour leur intérêt propre qui étaient déjà présentes, sans aller plus loin, dans la crise financière de 2008, et qui doivent être surmontées en cette période très grave.

 

Aux frères et aux soeurs des mouvements et organisations populaires

Chers amis,

Je pense souvent à nos rencontres : deux au Vatican et une à Santa Cruz de la Sierra et je vous avoue que ce « souvenir » me fait du bien, me rapproche de vous, me fait repenser à tant de discussions partagées durant ces  rencontres et aux nombreux projets qui en sont nés et y ont mûri, et dont beaucoup sont devenus réalité. Aujourd’hui, en pleine pandémie, je pense particulièrement à vous et je tiens à vous dire que je suis à vos côtés.

En ces jours de grande angoisse et de difficultés, nombreux sont ceux qui ont parlé de la pandémie dont nous souffrons en utilisant des métaphores guerrières. Si la lutte contre le COVID-19 est une guerre, alors vous êtes une véritable armée invisible qui combattez dans les tranchées les plus périlleuses. Une armée sans autres armes que la solidarité, l’espoir et le sens de la communauté qui renaissent en ces jours où personne ne peut s’en sortir seul. Vous êtes pour moi, comme je vous l’ai dit lors de nos rencontres, de véritables poètes sociaux qui, depuis les périphéries oubliées, apportez des solutions dignes aux problèmes les plus graves de ceuxqui sont exclus.

Je sais que très souvent vous n’êtes pas reconnus comme il se doit, car dans ce système vous êtes véritablement invisibles. Les solutions prônées par le marché n’atteignent pas les périphéries, pas plus que la présence protectrice de l’État. Vous n’avez pas non plus les ressources nécessaires pour remplir sa fonction. Vous êtes considérés avec méfiance parce que vous dépassez la simple philanthropie à travers l’organisation communautaire, ou parce que vous revendiquez vos droits au lieu de vous résigner et d’attendre que tombent les miettes de ceux qui détiennent le pouvoir économique. Vous éprouvez souvent de la colère et de l’impuissance face aux inégalités qui persistent, même lorsqu’il n’y a plus d’excuses pour maintenir les privilèges. Toutefois, vous ne vous renfermez pas dans la plainte : vous retroussez vos manches et vous continuez à travailler pour vos familles, pour vos quartiers, pour le bien
commun. Votre attitude m’aide, m’interroge et m’apprend beaucoup.

comeceCEC

RESTONS UNIS

C’est le moment de montrer notre engagement envers les valeurs européennes

La pandémie COVID-19 et ses conséquences désastreuses ont frappé l'Europe et le monde entier de plein fouet. Mettant à l'épreuve chaque personne, famille et communauté, la crise actuelle a mis au jour les vulnérabilités et les certitudes apparentes de notre politique, de notre économie et de nos sociétés. Cependant, ces temps difficiles nous permettent également de redécouvrir notre humanité commune en tant que frères et soeurs. Nous pensons aux nombreuses personnes qui, chaque jour, sèment l'espoir en faisant preuve de charité et de solidarité.

Nous aimerions prier avec une profonde gratitude pour tous ceux qui servent leurs semblables avec empathie et chaleur en les soutenant de manière désintéressée : les médecins, le personnel infirmier, les prestataires de services de base, les forces de l'ordre, et les personnes impliquées dans la pastorale. Nous souhaitons prier pour toutes les personnes qui souffrent pendant cette crise, en particulier les malades, les personnes âgées, les pauvres, les exclus et les enfants qui connaissent l'instabilité familiale. Nous nous souvenons également dans nos prières de toutes les personnes décédées.

 

Le Mouvement des Travailleurs Chrétiens de l'Europe (MTCE) exprime son soutien total à toutes les initiatives qui se déroulent à l'occasion du 3 mars, Journée Internationale du Dimanche Libre de Travail. En cette année 2020, le MTCE propose la réflexion suivante.

Dans le monde du travail, nous nous trouvons dans une situation nouvelle qui nous demande d'ouvrir de nouvelles voies à la fraternité, à la solidarité et à la sensibilité à la souffrance et à l'injustice afin qu'il soit possible pour les gens d'être et de vivre. Le modèle social dans lequel nous vivons, façonné principalement par la façon dont le travail humain est conçu et traité, est un grand obstacle pour l'organisation sociale et les relations et institutions sociales à favoriser ce qu'elles devraient toujours servir : que les gens puissent réaliser leur être et vivre selon leur dignité, que nous puissions réaliser notre humanité à l'image et à la ressemblance de Dieu. C'est ce qui est radicalement en jeu aujourd'hui et pour l'avenir : que les gens puissent réaliser leur être et vivre selon leur dignité, et il est très important que nous prenions réellement en charge cette situation dans laquelle le modèle social qui a été configuré nous place:

MTCE

Déclaration finale du Séminaire "L'œuvre numérique - Entre le désir d'autodétermination et la nécessité d'une réglementation juridique et du travail", tenu du 17 au 19 octobre 2019 à Ostende (Belgique)

 

¡ Une vie digne pour TOUS à l'ère du numérique !

Le Mouvement des Travailleurs Chrétiens de l´Europe (EBCA/ECWM/MTCE) a organisé du 17 au 19 octobre 2019 à Ostende, en Belgique, un séminaire intitulé " L'œuvre numérique - Entre le désir d'autodétermination et la nécessité d'une réglementation juridique et du travail ". 37 représentants des organisations membres de plus de 11 pays européens ont participé au séminaire, et tous y ont apporté leurs expériences et perspectives.

Conclusions des dialogues

La numérisation bat son plein, progresse à un rythme accéléré et change nos vies tant dans le domaine privé que professionnel. C'est un phénomène qui touche l'ensemble de notre société et a évidemment un grand attrait, qui alimente son développement et son importance. Cependant, ce phénomène - comme beaucoup d'autres - peut être décrit comme ambivalent et nous comprenons qu'il est de notre devoir de contribuer à la configuration de ce processus en comprenant ses principes, en reflétant ses effets sur la base de notre horizon de valeurs et en considérant comment et ce que nous pouvons contribuer à sa configuration comme acteurs. Il est également important que nous examinions avec autocritique l'utilisation des médias numériques.

Il est frappant de constater qu'il existe un fossé dans la société en ce qui concerne la numérisation. D'autre part, il y a aussi un grand nombre de personnes qui, jusqu'à présent, n'ont eu que peu ou pas accès aux nouveaux médias et qui, en raison de la grande importance de la numérisation dans le domaine public et professionnel, courent le risque de perdre le contact avec la société. Ce problème est aggravé par le fait que le développement numérique est très rapide et évolue dans toutes les directions à une telle vitesse que les décideurs politiques ont jusqu'à présent à peine réglementé le processus, ce qui aggrave en particulier la situation de ceux qui sont écartés dans ce processus.

Les dernières élections européennes nous ont donné l'occasion de nous concentrer sur la mosaïque riche et diverse que représente l'Union européenne. En même temps, c'est l'occasion de réfléchir à ce qu'a été et est l'UE et à l'orientation qu'elle devrait prendre dans un avenir proche.

Le concept de l'UE est celui d'une maison commune habitée par des personnes de caractères, de coutumes et de positions très différents. C'est une richesse énorme qui doit être respectée et entretenue. En même temps, il faut dire que, pour les mêmes raisons, notre continent n'est pas un paradis et que la coexistence n'a naturellement pas toujours été idyllique, car il existe de nombreuses réalités que nous considérons - à juste titre - douloureuses, désagréables ou regrettables.

Mais commençons par là, pour qu'il apparaisse peut-être à la fin de cette réflexion. Dès le début, l'objectif principal de l'Union européenne a été la coexistence pacifique des nations. Et il faut dire que cet objectif a été atteint d'une manière merveilleuse. Nous sommes privilégiés que l'Europe ait connu une longue période de paix, ce qui, d'un point de vue historique, est exceptionnel. La préférence a été donnée à la résolution des conflits autour d'une table, sur la base du dialogue.

 

Le MTCE (Mouvement des travailleurs chrétiens de l'Europe) est une coordination des mouvements de travailleurs chrétiens de 10 pays européens, luttant pour une Europe socialement juste, fondée sur l'Evangile et la doctrine sociale de l'Église. En vue des élections au Parlement européen, qui se dérouleront du 23 au 26 mai 2019, nous présentons nos principales revendications. De cette manière, nous assumons notre responsabilité en tant que citoyens de l'Union européenne (UE) en présentant notre point de vue des travailleurs chrétiens.

Le critère de toute action politique

Le fondement de nos positions est la dignité de chaque personne et notre condition de filles et de fils de Dieu. La politique à tous les niveaux doit protéger cette dignité et la promouvoir, ce qui, pour les chrétiens, est une exigence de l'Évangile.

Conséquences et suggestions

Nous considérons les demandes suivantes, d’une importance vitale pour le développement de nos sociétés dans le contexte européen:

  • • La dimension sociale de l'UE doit obliger les États membres à rendre justice à tous les êtres humains concrets, compte tenu de leurs préoccupations et de leurs besoins, car plus de 120 millions de personnes en Europe risquent de sombrer dans la pauvreté et l'exclusion sociale. La dignité de chacune de ces personnes exige une réponse urgente.
  • • Comme suggéré la Commission sociale de la COMECE (Commission européenne des conférences épiscopales) dans son document de novembre 2018, "Modéliser l'avenir du travail", nous demandons à tous les efforts déployés pour configurer le travail selon les critères de la dignité humaine (conditions de travail équitables, revenus décents, horaires de travail équilibrés), durabilité (assumer notre responsabilité par une action écologique), cogestion par le dialogue social et participation de tous au processus de travail.